Fort-Boyard.fr
Retour à l'accueil image

Visite du fort par Charles Tasserit

Quand l'aventure touche à sa fin

Les tests sont terminés et je me félicite d’avoir obtenu 4 clés à moi tout seul ! Malheureusement, les aventures ne sont pas encore achevées et ne peuvent donc pas être testées. Alors que les autres journalistes testent à leur tour quelques épreuves cette fois à l’abri des regards pour ne pas se sentir ridicule, je continue ma visite. Je dois me dépêcher car il est déjà 10 heures, l’heure à laquelle on devait partir, et je n’avais pas eu le temps de visiter toutes les épreuves le matin.

Je cours dans les coursives du fort, passe d’épreuve en épreuve en passant par les portes latérales pour gagner du temps et me faire plus discret (qui sait, peut-être vont-ils m’oublier et partir sans moi !). Enfin je retourne dans ma chambre improvisée, mets mes affaires en boule (pas le temps de les ranger) et je me rends sur la plate-forme. Quand j’arrive, le premier zodiac (petit bateau très rapide) est parti, j’attends le second avec les journalistes restants et Eric Buron.

Quand il arrive, je remonte dans le panier, cette fois-ci je ne suis plus attaché et il descend au milieu de la mer alors que le bateau n’est pas encore là ! Le bateau met 10 minutes à rejoindre l’île d’Aix et arrive peu avant 11 heures. On doit prendre un bateau nous ramenant à Fouras à 11h30, le temps de faire un petit tour sur l’île et dans une boutique de souvenir où j’achète des cartes postales. Pendant la traversée, je discute avec Eric Buron qui me raconte plusieurs choses notamment sur les versions étrangères.

Mais à notre arrivée, ce n’est pas fini ! Après avoir déposé nos affaires dans les bureaux d’ALP, on se rend au restaurant « l’océan » situé non loin de là où on doit manger avec Olivier Minne et Anne-Gaëlle Riccio. On arrive à midi, heure du rendez-vous mais ils ne sont pas encore là. Finalement Olivier arrivera avec une petite demi-heure de retard et Anne-Gaëlle encore plus tard ! Commence alors les interviews. Olivier me confie qu’il a lu le dossier écrit par les fans et qu’il trouve ce travail vraiment incroyable ! Il me dit aussi qu’il est pour le retour des candidats anonymes, mais ce n’est pas lui qui décide seul de cela bien sûr.

A la fin du repas, il est 14 heures et on est extrêmement pressés car on risque de rater notre train. Eric Buron nous offre à tous un boyard. Pour ma part, c’est mon sixième, mais c’est le plus beau, d’une part parce qu’il est tout neuf, encore emballé dans son plastique, de l’autre par qu’il représente à lui-même le souvenir de ce voyage mémorable que j’ai vécu.

Dans la précipitation du départ, je n’ai pas eu le temps d’être pris en photo aux côtés d’Anne-Gaëlle, mais en compensation, Olivier a signé un mot d’amitié pour le site. Dans le train du retour, c’était beaucoup plus calme qu’à l’aller puisque tout le monde était un peu épuisé. Assis à côté de l’attachée de presse d’ALP, j’entame la lecture du bouquin de Jean-Pierre Mitrecey que j’avais brièvement commencé à l’aller. A l’arrivée du train, tout le monde se dit au revoir, absolument ravi de cette aventure incroyable qu’on a vécu ensemble.

< Page précédente

Commentaires

Informations

Publication : jeudi 10 avril 2014
Écrit par Charles Tasserit & Charlotte David

Sommaire

Copyright © 2006-2019, Fort-Boyard.fr, Tous droits réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.