Fort-Boyard.fr
Retour à l'accueil image

Visite du fort par Charles Tasserit

Le début d'une aventure

Tout commença le 15 mai peu avant 20 heures lorsque j’ai reçu un coup de téléphone de Pierre Godde, le producteur de Fort Boyard. Malheureusement je n’étais pas disponible à ce moment là, alors il me glisse juste ces quelques mots : « Je voulais savoir si tu étais disponible le 2 ou 3 juin ». A partir de ce moment là j’étais déjà persuadé que j’allais poser le pied sur le fort dans moins d’un mois ! Je le rappelle quelques jours plus tard et il m’explique, en effet, qu’il a décidé de m’inviter à fort Boyard pour y passer 2 jours et une nuit.

Il a voulu m’inviter au voyage de presse qui se tenait pour la première fois sur 2 jours et que pour la première fois les journalistes allaient connaître l’expérience incroyable de dormir sur le fort. Une semaine avant le départ, je suis contacté par l’attachée de presse d’ALP qui me donne les consignes : lieu de rendez-vous, ce que je dois apporter avec moi (sac de couchage, vêtement chaud, coupe-vent…).

Après plusieurs nuits passées à rêver de l’expérience unique que je vais vivre, la date arrive enfin. Le rendez-vous était fixé avec la presse et les 2 attachées de presse (France 2 et ALP) à la gare de Paris Montparnasse à 14h15 pour un départ à 14h45. J’arrive le premier suivi par les 8 journalistes, 6 d’entre eux travaillant pour la presse de télévision, les 2 autres travaillant pour « Le Parisien » et « Mon quotidien ». Dans le train, on nous distribue le dossier de presse de France 2 présentant toutes les nouveautés 2009 ainsi que le livre de Jean-Pierre Mitrecey « Les secrets de Fort Boyard ». On nous fait également tester le nouveau jeu de Fort Boyard sur DS. Je me précipite sur le dossier de presse devant l’impatience de découvrir enfin ces nouvelles règles et épreuves 2009, puis je m’amuse à écouter les anecdotes que racontent les journalistes sur les célébrités du petit écran qu’ils ont eu l’occasion de rencontrer.

Après 2 heures 30 de TGV, nous arrivons à la gare de Surgères, avec un temps absolument superbe qui restera avec nous pendant tout le séjour. Là nous attend un minibus qui nous emmène jusqu’à la pointe de la fumée à Fouras. Nous sommes alors invités à attendre le bateau dans les bureaux d’ALP, où nous serons reçus par Eric Buron, candidat en 1990 puis régisseur stagiaire dès l’année suivante, il a grimpé les échelons pour devenir aujourd’hui directeur de production.

Le temps de prendre un café et nous nous dirigeons vers le bateau qui revient tout juste du fort avec l’équipe technique qui termine sa journée. Parmi ceux qui repartent, j’aperçois Yann Le Gac (le Père Fouras) qui devait dormir avec nous mais finalement a eu des obligations, Antoine, le « monsieur sécurité » qui équipe les candidats pour les épreuves dites « aériennes », et enfin Olivier Minne que je n’ai même pas remarqué tout de suite. Je vais le voir, me présente et lui serre la main avant de monter dans le bateau.

A 18h45, le Sea Surfer part vers le fort. J’arrive à fort Boyard un quart d’heure plus tard, je suis treuillé par le fameux panier sur la plate-forme et j’entre enfin dans ce lieu à la fois si mystérieux et si difficile d’accès, l’émotion est immense.

< Page précédente Page suivante >

Commentaires

Informations

Publication : jeudi 10 avril 2014
Écrit par Charles Tasserit & Charlotte David

Sommaire

Copyright © 2006-2019, Fort-Boyard.fr, Tous droits réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.