Fort-Boyard.fr
Retour à l'accueil image

Musée de la marine de Rochefort

De l'inutilité à la reconnaissance d'un fort

La salle 4a a pour thème : « le fort inutile (1866-1962) ».

On vient nous rappeler de par l’immersion dans cette salle que le fort, n’a pas toujours connu des instants de gloire… Et comme chacun le sait, une fois la construction du fort achevée, l’évolution de l’artillerie (artillerie rayée) a rendu notre fort temporairement inutile. Cette salle nous présente la période d’abandon qu’à connu le fort, mais également la période durant laquelle il a servi de prison.

Sur les murs bleus de cette pièce, deux grandes reproductions de cartes postales en noir et blanc nous permettent d’imaginer les conditions de vie dans le fort à cette époque. Sur l’une de ces illustrations, une croix indique la cellule dans laquelle a vécu le plus célèbre prisonnier du fort : Henri Rochefort (1831-1913).

Dans cette salle on peut également consulter une page du « registre des détenus » dans lequel était consigné le nom de chacun des prisonniers détenus dans le fort.

Sur l’un des murs, on nous parle également du projet de construction du « Fort Joinville » ; projet finalement avorté. Ce fort était surnommé « le petit frère du Fort-Boyard », et pour cause, ce dernier devait reprendre la forme si caractéristique du Fort-Boyard, mais en plus petit.

Quelques plans et tableaux statistiques sur le fort sont également consultables dans cette pièce.

Pour aller dans la seconde moitié de la salle 4, il faut contourner une cloison sur laquelle se trouve une reproduction de carte postale. La dernière salle a pour thème « de la ruine à la gloire (1962-2012) ». Lorsque l’on passe d’une salle à l’autre, sur la tranche de la cloison se trouve une toise grâce à laquelle, les plus jeunes pourront comparer leur taille à celle des personnages du fort (Passe-Partout, Passe-Temps, Passe-Muraille, La Boule, Le Père Fouras, Anne-Gaëlle Riccio et Olivier Minne). Cette toise est là pour nous annoncer que cette dernière salle est en fait consacrée à la « carrière télévisuelle » de Fort Boyard.

Deux murs de cette salle sont recouverts par de grandes photos prises par Philippe Leray (cadreur de l’émission). Le premier mur est recouvert par une grande photo du fort (prise de nuit). L’autre mur est recouvert de photos du fort prises lors des tournages (on peut y voir les personnages du jeu, les animaux, des photos d’aventures, les coulisses du jeu…).

Sur le premier mur, deux écrans sont fixés. Le premier diffuse la scène finale du film les Aventurier (la première apparition du fort au cinéma ndlr). Le second diffuse la fin de l’émission « La Chasse au trésor » tournée en 1981. Cette émission est la première apparition télé du fort. L’animateur/aventurier Philippe de Dieuleveult devait trouver dans le fort en fin d’émission la tabatière de Napoléon.

Le sol de la salle est recouvert par une grande image de l’alphabet géant de la salle du trésor. 6 dalles issues de la salle du trésor sont également présentes tout autour de la salle (lettres A, D, E, R, T, et Y).

Sur un autre mur, chacun de nous peut observer des objets boyardesques prêtés au musée de la marine par d’Adventure Line Production (société produisant l’émission « Fort Boyard » ndlr). On peut ainsi retrouver :

  • Une des grandes clés que l’on pouvait voir dans les premières versions de la cellule qui rétrécit
  • Une cartouche-indice en cuivre que les candidats doivent récupérer à l’issue de chaque aventure (depuis 1991)
  • Un maillot des candidats (utilisé depuis 2011)
  • Une clepsydre de l'émission (on pouvait voir cette clepsydre en 2010 à la sortie des prisons)
  • Une lanterne métallique qui était utilisée comme décor dans la vigie ou dans les décors pré-génériques en 1998 et 2002
  • L'horloge de l'accès au Conseil élément phare de la première partie intermédiaire du jeu (utilisée dans les souterrains du fort en 1999)
  • 13 Boyards
  • Une demi-tête de tigre. Cette demi-tête n’a jamais été vue dans l’émission, en revanche, l’autre moitié était fixée sur la porte de la salle du trésor de 2006 à 2009

Fixé sur le même mur que ces objets, un troisième écran diffuse un montage d’extraits d’émissions : d’une part, un extrait des 15 ans du jeu et d’autre part, une interview de Jacques Antoine (le créateur du jeu ndlr).

Ainsi s’achève la visite de l’exposition temporaire : « Fort-Boyard : les Aventures d’une Star ».

Le saviez-vous ?

Avant d'acquérir sa notoriété, le fort fût déjà confronté à un problème de clés. En effet, le Commandant d’armes en 1914 adressa un courrier au directeur des Travaux Maritimes pour lui faire part de la perte de la clé de la porte d'accès au fort. Preuve en est qu'avant Fort Boyard on recherchait déjà des clés ...

< Page précédente Page suivante >

Commentaires

Informations

Publication : 24 novembre 2013
Écrit par Thomas Mayrand & Charlotte David

Sommaire

Copyright © 2006-2019, Fort-Boyard.fr, Tous droits réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.